UA-46558017-1
L’ ÉDITO DU MOIS DE L'AVIVO C. DAVAT - Responsable des "LOISIRS" de l'Avivo NOTRE JOURNAL : "ESPACES" DE L'AVIVO LES ACTUALITÉS DE L'AVIVO

Prenez connaissance de notre éditorial du mois.

L’office social de l’AVIVO oeuvre pour la défense des personnes retraitées

Nous vous informons, dissertons les derniers événements  de l’actualité

Un assortiment de nos loisirs : Cinéma des aînés, des courses journalières,

Toutes les informations mensuelles de notre presse écrite.

SUITE...

SUITE...

SUITE...

SUITE...

SUITE...

© www.avivo.ch - Genève 2008-2017 / dj

L’ÉDITO

L’OFFICE SOCIAL

LES ACTUALITÉS

LES LOISIRS

LE JOURNAL « ESPACES »

Imprimer
L’OFFICE SOCIAL DE L'AVIVO Logo de l'Avivo

ACTUALITÉS

FERMETURE DES BUREAUX DE POSTE


















En 2016, La Poste a délivré plus de 2 milliards de lettres et 122 millions de paquets, et PostFinance a géré plus de 119 milliards de fonds de « clients ». La Poste a réalisé 588 millions de francs de bénéfice.


Pourtant, La Poste continue et accélère ses entorses aux prestations à la « clientèle », puisque qu’il n’y a plus de service public depuis la dernière révision de la législation postale en 2013 qui comprenait la transformation de La Poste, jusqu’alors établissement de droit public, en une société anonyme de droit public, et la dissociation avec PostFinance SA.


Cette société anonyme est sourde aux mécontentements et aux protestations de la population contre les fermetures de bureaux de poste qui provoquent manifestations et pétitions dans toutes les régions du pays et qui finissent par toucher le monde politique responsable de ces décisions !


De nouveaux tests sont faits auprès de la clientèle pour tenter de réduire encore les prestations : « Il vous arrive souvent de ne pas être chez vous pendant la semaine et vous souhaitez recevoir votre courrier un jour précis ? », c’est la formule qui est adressée ces jours à des habitants, de plusieurs zones, désormais des clients ! «Il s’agit d’un projet pilote», expliquent les porte-parole de La Poste. «Nous voulons tenir compte de l’évolution de la société et tester les besoins de la clientèle, en particulier des personnes mobiles, nomades, qui ne passent qu’une partie de la semaine chez elles.»


Les habitants des zones concernées peuvent remplir un talon réponse indiquant le ou les jours de la semaine où ils souhaitent recevoir leur courrier. Les autres jours, leur courrier restera en dépôt à l’office.


Cette offre ne sert qu’à justifier plus tard une limitation des jours de distribution. «La direction pourrait se baser là-dessus pour dire qu’une part importante de la clientèle se contente de trois ou quatre distributions par semaine.» Avec le même argument que le critère de la fréquentation des bureaux de poste qui a souvent servi de justification pour leur fermeture ces dernières années.


Ces prestations et bien d’autres encore, dans les secteurs des lettres, des colis, des paiements ou du transport des voyageurs, relèvent du service universel dans le secteur postal.

 

Les modalités de ce mandat sont réglées dans la Loi sur la poste (LPO) et dans l’Ordonnance sur la poste (OPO). En tant que société anonyme de droit public, La Poste Suisse appartient à 100 % à la Confédération.

 

En passant du service public au privé, on remplace une prestation d’un office de poste par des prestations au rabais dans des commerces dont la pérennité n’est pas assurée, et dont le gérant peut abandonner son rôle de substitution faute d’y trouver son compte.


Une fois de plus, la poste ne respecte pas les engagements pris et encore moins les obligations légales en vigueur : 90% des habitants doivent avoir un accès à un guichet à 20 minutes de chez eux.


De nombreuses prestations ont été réduites. Ainsi, depuis 2 ans, le versement par les services de la poste des rentes AVS et des PC au domicile des retraités à été supprimé, car cette prestation du service public est considérée comme n’étant plus rentable !  Ainsi, les factrices et les facteurs n’apportent plus les rentes AVS en espèces au domicile des retraités qui ne peuvent se déplacer.


D’autres décisions découlent de cette nouvelle gestion de La Poste et des spécialistes en « ressources humaines » qui considèrent que le temps de livraison d’une lettre doit être en moyenne de 1,2 seconde ! Que les factrices et facteurs n’ont plus à monter aux étages pour livrer les paquets ou les recommandés ! Et qu’ils ne doivent plus perdre de temps en discussions avec les « clients ».


Toutes ces décisions constituent de graves entorses à la loi et au service public de La Poste, alors que suppression de bureaux de poste continue. La grogne a fini par toucher le Parlement, principal responsable de ces décisions.

C’est l’heure de vérité qui approche. Le Parlement à les moyens de faire changer le cap pris par les responsables de La Poste et de les contraindre à faire respecter aux moins les lois votées !


Car ces mesures ont des conséquences sur le plan économique, mais aussi sur le plan humain.

La factrice et le facteur, de même que le bureau de poste, jouent, en plus de leurs missions de distribution, un rôle social important.


Ils offrent hélas souvent de trop rares occasions de liens et de rencontres dans une société tournée toujours davantage vers les nouveaux moyens de communication.


Or, les contacts humains restent aussi irremplaçables qu’indispensables pour la population. Une part toujours plus importante des coûts sociaux de notre société ultra-modernisée résulte aussi de l’isolement accru de ses membres.


 Les économies envisagées par La Poste, alors qu’elle fait des centaines de millions de bénéfice par année, seront rapidement compensées par le coût de l’isolement social résultant de la mauvaise politique de La Poste et de sa violation continue de la loi, de ses obligations et du mandat que lui a confié le peuple suisse.


                                                                                                                                       Jean Spielmann

Page suivante >>