UA-46558017-1
L’ ÉDITO DU MOIS DE L'AVIVO C. DAVAT - Responsable des "LOISIRS" de l'Avivo NOTRE JOURNAL : "ESPACES" DE L'AVIVO LES ACTUALITÉS DE L'AVIVO

Prenez connaissance de notre éditorial du mois.

L’office social de l’AVIVO oeuvre pour la défense des personnes retraitées

Nous vous informons, dissertons les derniers événements  de l’actualité

Un assortiment de nos loisirs : Cinéma des aînés, des courses journalières,

Toutes les informations mensuelles de notre presse écrite.

SUITE...

SUITE...

SUITE...

SUITE...

SUITE...

© www.avivo.ch - Genève 2008-2017 / dj

L’ÉDITO

L’OFFICE SOCIAL

LES ACTUALITÉS

LES LOISIRS

LE JOURNAL « ESPACES »

Imprimer
L’OFFICE SOCIAL DE L'AVIVO Logo de l'Avivo

ACTUALITÉS

VOTATIONS DU 21 MAI 2017

NON À LA HAUSSE DES TARIFS DES TPG

















 Le vendredi 23 septembre 2016, une majorité du Grand Conseil (54 oui contre 34 non) composée des partis PLR,  PDC, UDC et Verts a voté une hausse des tarifs des TPG de 4% en moyenne. Les abonnements annuels  augmentent même de 10%, de 400 à 440 francs pour les retraités, les rentiers AI et les jeunes, et de 500 à 550  francs pour les autres. La charge supplémentaire pour les usagers est de 8 millions de francs par an, alors que la  subvention supplémentaire de l’Etat ne se monte qu’à 4 millions de francs.


La volonté populaire est bafouée

Les Genevois ont dit deux fois oui à l’initiative 146 de l’AVIVO «Stop aux hausses de tarifs des transports publics» les 13 mars 2013 et 18 mai 2014, désavouant ainsi le Grand Conseil, qui avait voté d’une manière presqu’unanime contre. Ils ont démontré qu’ils étaient attachés à des tarifs abordables pour la population. Des tarifs abordables augmentent l’attrait des transports publics, ce qui permet de lutter contre la pollution de l’air et du bruit dont les normes sont régulièrement dépassées à Genève. Cette proposition de hausse bafoue la volonté populaire. Dire non aujourd’hui, c’est contribuer à s’opposer à la prochaine augmentation prévue pour 2019 avec l’arrivée du RER Léman Express (CEVA).

Prenant prétexte d’une austérité inventée de toutes pièces, la majorité de droite du Grand Conseil a refusé de compenser la baisse des tarifs par une hausse équivalente de la subvention aux TPG, provoquant une réduction des prestations de près de 5%. Aucune campagne de promotion à grande échelle n’a été entreprise. Bus TPG


Une proposition de compromis du Parti Socialiste soutenue par Ensemble à Gauche et le MCG, qui épargnait les jeunes, les retraités et les rentiers AI tout en augmentant la subvention aux TPG de 9 millions de francs, a été refusée.

Si les Verts, qui avaient proposé initialement dans un projet de loi une hausse de la subvention annuelle aux TPG de 10 millions de francs, avaient voté ce compromis, aucun référendum n’aurait été lancé par les partisans du compromis.


De plus, si les tribunaux rejettent le recours interjeté contre le résultat de la votation du 25 septembre 2016, qui plafonnait la déduction fiscale annuelle pour les frais de transports à 840 francs par an, il serait possible avec cette nouvelle recette fiscale de 28 millions d’accroître les prestations sans dommage pour les usagers ainsi que d’assurer des engagements supplémentaires de personnel aux TPG.


Pour une mise en application rapide de la loi sur la mobilité

Le 5 juin 2016, le peuple genevois a adopté à près de 68% la nouvelle loi sur la mobilité, dont le catalogue de mesures vient d’être publié par le Conseil d’Etat. Elle prévoit en particulier une amélioration du réseau de bus afin de créer des lignes de bus rapides de la périphérie vers le centre en offrant aux voitures des solutions pour éviter le centre-ville.

Dans le centre-ville, la mobilité douce (aménagements cyclistes, rues piétonnes, zones 30) et les transports publics auront la priorité. Ces derniers, en étant plus rapides, pourraient transporter plus de passagers et rattraper ainsi les autres grandes villes de Suisse en ce qui concerne la vitesse commerciale des véhicules collectifs. Aujourd’hui, à Genève, cette vitesse est de 16 km/h, alors qu’elle est de 17 km/h à Zurich, de 19 km/h à Bâle et même de 20 km/h à Berne.


                                                                                                   

                                                                                                      Gérald Crettenand


Page suivante >>

Autres mots d'ordre de l'AVIVO pour les votations du 21 mai :


OUI


à l'initiative cantonale pour la valorisation et l'agrandissement de la Maison des Associations  



OUI

 

à la loi fédérale sur l'énergie