UA-46558017-1
L’ ÉDITO DU MOIS DE L'AVIVO C. DAVAT - Responsable des "LOISIRS" de l'Avivo NOTRE JOURNAL : "ESPACES" DE L'AVIVO LES ACTUALITÉS DE L'AVIVO

Prenez connaissance de notre éditorial du mois.

L’office social de l’AVIVO oeuvre pour la défense des personnes retraitées

Nous vous informons, dissertons les derniers événements  de l’actualité

Un assortiment de nos loisirs : Cinéma des aînés, des courses journalières,

Toutes les informations mensuelles de notre presse écrite.

SUITE...

SUITE...

SUITE...

SUITE...

SUITE...

© www.avivo.ch - Genève 2008-2018 / dj

L’ÉDITO

L’OFFICE SOCIAL

LES ACTUALITÉS

LES LOISIRS

LE JOURNAL « ESPACES »

Imprimer
L’OFFICE SOCIAL DE L'AVIVO Logo de l'Avivo

ACTUALITÉS SOCIALES

COTISATIONS AVS


L’obligation de payer des cotisations AVS/AI perdure jusqu’à l’âge de la retraite légale (soit 65 ans pour les hommes / 64 ans pour les femmes).


C’est ainsi que toutes les personnes bénéficiaires d’une rente AVS anticipée ou d’une rente AI sont tenues de payer des cotisations AVS jusqu’à leur retraite, à moins que leur conjoint ne cotise et ne paie au moins le double de la cotisation minimale, soit frs 960.- par année. Dans ce cas, le (la) rentier (ère) sera exonéré(e) du paiement et couvert(e) par l’intermédiaire de son conjoint.


La personne astreinte au paiement des cotisations AVS/AI et au bénéfice des prestations complémentaires du SPC (ex OCPA) peut demander leur prise en charge par ce service.


Nous vous conseillons vivement de vérifier sur votre dernière décision si la cotisation minimale est bien inclue dans vos dépenses reconnues, au même titre que votre loyer ou les besoins vitaux.


Si l’affiliation aux cotisations AVS/AI a eu lieu tardivement et a donné lieu à un rattrapage sur plusieurs années (maximum 5 ans), il est également possible de demander au SPC de couvrir les cotisations pour

les années durant lesquelles vous étiez au bénéfice de prestations complémentaires.




 

INFORMATION IMPORTANTE POUR LES BÉNÉFICIAIRES

DES PRESTATIONS COMPLÉMENTAIRES DU SPC (EX OCPA)


Le SPC procède régulièrement à des révisions périodiques des dossiers de ses bénéficiaires. Dans le cadre de la consultation sociale, nous constatons souvent que les dossiers ne sont pas à jour, ce qui peut engendrer une demande de restitution des prestations au moment de la révision périodique.

Nous vous rappelons donc que ce service doit être informé sans délai de tout changement de votre situation financière et/ou personnelle. A préciser que le fait de mentionner vos revenus et fortune dans votre déclaration fiscale ne vous couvre pas vis-à-vis du SPC qui doit être informé personnellement des nouveaux éléments.

Ci-dessous un extrait de la brochure de présentation du SPC qui détaille les modifications à annoncer :


Obligation de renseigner

Les personnes qui demandent ou ont obtenu une prestation sont tenues par la loi d'informer

immédiatement le SPC de tout changement qui intervient dans leur situation, notamment :


changement d'adresse, cohabitation avec un tiers;

augmentation ou diminution de loyer;

mariage, séparation, divorce;

décès d'un membre de la communauté;

formation ou fin d'apprentissage d'un enfant;

début ou fin d'une activité lucrative;

augmentation ou diminution du revenu (rentes AVS/AI, autres rentes, etc.);

augmentation ou diminution de la fortune (y compris héritage, donation, vente d'un bien immobilier, etc.);

séjours hors du canton de plus de 3 mois par année civile.


Toute prestation reçue indûment peut faire l'objet d'une interruption immédiate du versement des prestations et, le cas échéant, d'une demande de restitution. Depuis le 1er octobre 2016, suite aux nouvelles dispositions légales du code pénal, la fraude aux prestations sociales entraîne automatiquement des poursuites pénales, avec des sanctions pouvant aller jusqu’à l’expulsion du territoire pour les bénéficiaires étranger.


L’office social de l’AVIVO reste bien entendu à votre disposition pour vérifier votre dernière décision de prestations complémentaires, et vous aider à mettre à jour votre dossier.

LES PRESTATIONS MUNICIPALES


La Ville de Genève octroie une aide mensuelle à ses résidents, rentiers AVS ou AI, qui sont au bénéfice de prestations complémentaires cantonales (PCC) du Service des prestations Complémentaires (SPC). Cette aide se monte à  frs 185.- par mois pour une personne seule, et à frs 265.- par mois pour un couple.

Le versement de cette prestation n’est pas automatique. Il vous faut déposer une demande auprès du Service social de la Ville de Genève à l’aide du formulaire adéquat, accompagné d’une copie de la dernière décision de prestations complémentaires.

Nos assistantes sociales reçoivent volontiers les membres de l’association, sur rendez-vous, pour leur apporter une aide dans cette démarche.

Comme vous le savez certainement, l’AVIVO s’est battue avec acharnement et succès pour le maintien de cette prestation.                                                                                                                                                

                                                                                                                                               

CARTES DE RÉDUCTIONS POUR RENTIERS AVS


Suite à l'intervention de notre Office social, la carte de réduction pour les cinémas, théâtres, foires, etc. émise par Groupement des Cinémas Genevois /Syndicats Patronaux, est désormais également attribuée à toutes les personnes à la retraite anticipée AVS.

A savoir pour les femmes dès l'âge de 62 ans et pour les hommes dès 63 ans.

Pour obtenir cette carte, il convient de se munir de papiers officiels + une photo et de  s'adresser à la


Fédération des Entreprises Romandes

98 rue de Saint-Jean

1211 Genève 11

 022 715.31.11


Assurance maladie: en 2018, nouvelles primes et nouvelles augmentations…


Assurance de base

La loi sur l’assurance maladie (LAMal) garantit la liberté d’affiliation, c’est-à-dire que chaque assuré doit pouvoir changer de caisse maladie, quelque soit son âge et son état de santé, sans être soumis à un questionnaire médical. Dans le cadre de l’assurance de base, les caisses ont l’obligation d’accepter toute personne. Pour l’assuré qui n’exerce pas d’activité salariée ou une activité inférieure à 8 heures par semaine, le risque accident doit être inclus dans la prime de l’assurance de base.


Les assurances ont jusqu’à fin octobre 2017 pour annoncer les nouvelles primes pour l’année 2018. Vous disposez alors d’un délai au 30 novembre 2017 pour donner votre congé à votre assureur pour le 31 décembre 2017 (attention, car c’est la date de réception du courrier par la caisse qui fait foi). Il est important d’écrire en courrier recommandé, de façon à conserver une preuve de votre démarche (copie du courrier et récépissé postal).


En parallèle, il vous faut souscrire une nouvelle assurance de base prenant effet le 1er janvier 2018, sans oublier d’inclure la couverture accident pour les personnes retraitées ou qui ne sont plus couvertes par un employeur. La résiliation auprès de votre ancienne caisse ne sera effective que lorsque celle-ci aura reçu une attestation d’affiliation de la nouvelle assurance pour le 1er janvier 2018.


Important: vous ne pouvez changer d’assureur maladie que si vos primes et participations aux coûts sont à jour auprès de votre assurance actuelle au 31.12.2017 (art.64a al.4 LAmal).


A noter que la moyenne cantonale pour l’année 2018, dans le cas d’un adulte de plus de 26 ans, se situera à frs 583.30/mois, pour une franchise de frs 300.-/année, risque accident inclus.


A noter aussi que dans certaines caisses, dont les primes sont plus attrayantes, comme Assura, Intras ou Supra, les médicaments doivent être payés au préalable en totalité par l’assuré auprès de la pharmacie, et lui sont ensuite remboursés par l’assureur, ce qui peut se révéler un inconvénient majeur dans le cas de personnes ayant besoin de médicaments onéreux.


Enfin, si vous êtes bénéficiaire des prestations complémentaires, n’oubliez pas de transmettre au Service de l’Assurance Maladie (SAM)* votre nouvelle police d’assurance valable dès le 01.01.2018.


Assurances complémentaires

Les assurances complémentaires, privées et facultatives, sont soumises à une autre loi que l’assurance de base (loi sur le contrat d’assurance/ LCA), avec des délais de résiliation plus longs, allant en général de 3 à 6 mois pour la fin d’une année civile. Il convient de se référer aux conditions d’assurance de votre compagnie. Pour les assurances complémentaires, la caisse peut demander à la personne de remplir un questionnaire de santé et émettre des réserves ou refuser l’affiliation, selon l’âge et l’état de santé. Il est donc important d’évaluer l’utilité d’une assurance complémentaire avant de la résilier définitivement.


Subsides 2018

Les subsides 2018 seront, sauf exception, attribués de façon automatique selon votre RDU 2016 (revenu déterminant unifié) calculé sur la base de la taxation fiscale 2016.

Si vous n’avez pas droit au subside en 2018, sur la base de votre RDU 2016, mais que votre situation financière s’est péjorée depuis 2016 (diminution d’au moins 20% des revenus pour une durée supérieure à 6 mois), vous avez alors la possibilité de déposer une demande de subside 2018, à l’aide du formulaire adéquat, disponible sur internet, directement auprès du Service d’Assurance Maladie*.

 

*Service d’Assurance Maladie (SAM)

  Route de Frontenex 62 – 1207 Genève

  www.ge.ch/sam



L’office social de l’AVIVO organise sur rendez-vous pour ses membres des journées spécialement consacrées aux changements d’assurance maladie au mois de novembre 2017.


 

Page suivante >>